Enfanter

(coussin)


Sans plaintes
Aux désirs
Prend les formes qui conviennent
Me connaît mieux que moi-même

Dans les nuits de fatigue
D'alcool ou d'ennui
Dans les nuits d'espoir et de vie
Reposer sur sa vague
Emporté vers des jours meilleurs

En silence intime, en pleurs et soupirs
Jamais ne fuit
Toujours proche
Pour soulager
De fraîcheur

Odeur salée de nuits en sueur
Baigné de rêves
Veillant sur mes sommeils
Je m'abandonne à sa douceur



◄ précédent   Jp 2 octobre 2004   suivant ►


Commenter
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flux rss