Opulence

Début précoce de la saison des sucres


La semaine dernière j'avais installé dix seaux, un est tombé mais les autres ont un peu donné. Ce qui m'a permis vendredi soir à la nuit tombante de récupérer une bonne douzaine de litres d'eau d'érable que nous avons immédiatement mis à évaporer dans un chaudron sur la cuisinière. Sublime odeur à mon réveil ce samedi matin dans le chalet, pour cette première décantation à l'ancienne de notre traditionnel sirop d'érable maison de l'année.

C'est fou comme j’apprécie ces fins de semaine au chalet, loin du net, sans télévision, ni téléphone. Privé de tout contact extérieur hormis Radio Canada l'officielle francophone dont nous écoutons occasionnellement les nouvelles. Un temps loin du monde moderne, comme nos ancêtres, comme avant, seuls avec nos pensées, nos réflexions, notre ressenti, sans interférence d'aucune sorte. C'est un choix de vie qui a un prix que je ne regrette pas de payer. Quand on parle d'équilibre personnel en fait cela n'en a pas. Perdus en pleine nature au bord de notre lac, au fin fond au cœur du Canada, plutôt loin de tout voisinage, c'est un luxe rare, tout en étant exigeant d'efforts et de temps. Instants privilégiés que je déguste à leurs justes valeurs.

Tous les hivers sont différents de par chez nous et celui-ci ne fait pas exception. Si nous avons reçu énormément de neige cette année, la température a été plutôt clémente allant même jusqu'à un onze degré cette semaine à Ottawa ce qui est tout à fait exceptionnel en février. Ceci dit ne nous croyons pas sorti d'affaire, nous sommes en plein cœur de l'hiver et il est fort raisonnable de s'attendre encore à quelques bonnes bordées de neige et de périodes de grand froid. Mais ce premier coulage de sirop d'érable fait chaud au cœur, les beaux jours reviendrons, nos érables le présentent. Il me reste quatre chaudières à installer, je le ferais quand le jour sera levé.

Quelques photos depuis notre cabane à sucre. Samedi 25 février après la pose de mes derniers seaux, (en tout 14 chaudières installées, comme l'année dernière mais placement optimisé). C'est peu mais suffisant pour notre consommation annuelle et même en donner un peu, (si nous en récoltons autant). Nous passons la journée à nous faire du bien en dégustant notre premier sirop d'érable de l'année. Évidement cela n'a pas grand chose à voir avec celui "industriel" qu'on trouve dans le commerce dont la production est bien automatisée et le gout bien normalisé. Le notre a la saveur subtile mais puissante du sirop d'érable d’autrefois, goûteux, brut des érables du lac.

érable
Nouvelle vue sur le lac avec la chute du cèdre mort (voir posts précédents)
érable
Notez la chaudière sur le gros érable en bas a droite
érable
Zoom sur le tas de bois et les restes du cèdre sur le lac encore gelé
érable
Vue d'ensemble sur l'érablière
érable
Zoom sur mon premier spot de chaudières



   Jp 26 février 2017   


Commenter
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flux rss