Forme

Vendredi 3 août 2018


Ce fut une grosse journée. Il fait très beau mais pas trop chaud. Dès 6h du matin je commence le travail. Il faut reconnaître que nous avons la très grande chance d'avoir de bons voisins, dont un particulièrement nous donne toujours un bon gros coup de main, de précieux conseils, et nous fais bénéficier de beaucoup de matériel car il est bien équipé pour la vie d'icitte, ayant été dans la construction toute sa vie. Dans cette zone rurale du Canada pas encore connecté à la haute vitesse internet, c'est encore la vie des pionniers. On fait tout soit-même, en étant le plus autonome possible et tout le monde se connait sur plusieurs générations. Nous nous attaquons donc au coffrage. Vers 9h nous avons bien avancé et voilà le camion qui nous livre nos 25 sacs de ciment. A la coopérative nous avons bien précisé de prendre un petit camion 4 par 4 car le chemin d'accès en terre est bien étroit et les pentes raides. Ça fait rien, ça passe juste et il repart en marche arrière. En tant que chauffeur professionnel de bus scolaire, j'apprécie, chapeau ! Ce n'est pas si évident et le jeune courageux de 32 ans qui vient nous livrer s'en sort efficacement et rapidement. Je bâche les sacs, le béton c'est pour la prochaine fin de semaine, si le temps le permet.

Au Canada on ne perd pas bien de temps pour manger à midi, les pauses lunch sont donc toujours très courtes, l'usage de la boite à lunch pratiqué par tous. En trente minutes après avoir englouti une grosse assiette de pâtes Bolognaise que ma moitié a cuisiné avec amour, retour à la job. Je mesure, coupe à la scie circulaire notre bois, met à niveau, visse le coffrage, le projet prend forme. Vers 16h c'est fait ! Nous finissons la journée à faire plusieurs voyages en allant chercher des grosses pierres sur le bord du chemin pour avoir une bonne assise du béton, (et en mettre moins aussi ;-). 18h le camion de sable arrive (et en ce qui me concerne le marchand de sable n'aura pas besoin de me border ce soir c'est certain). Celui la connait bien l'endroit puisqu'il assure le déneigement de notre chemin tous les hivers depuis des années, ça ne fait rien il ne faut pas avoir peur car le gros camion à benne passe vraiment juste, mais fini par décharger sa précieuse cargaison. Il repart manquant de justesse d'arracher les fils électriques du chalet qui ne sont pas si haut dans la pente. Le sommet de la benne se prend dedans, ils se tendent, rebondissent en passant par dessus, OUF ! C'était vraiment moins une.

Je suis cuit, grillé, vanné, vidé, et tout le reste dans le genre. En ce samedi matin, j'ai la ferme conviction que je vais le passer à ne rien faire. La job attendra, aujourd'hui farniente et relax ! Ça tombe bien les températures devraient dépasser les 30 degrés. Hâte d'en avoir fini avec cet escalier sourire, fatigué, mais déjà fier du travail accomplit.


Les escaliers
La station de découpe
Les escaliers
La structure de l'escalier se dessine
Les escaliers
Perspective
Les escaliers
Remplissage de grosses pierres





  Jp 06 août 2018   


Commenter

06 août 2018 à 12:32 de Jp
Finalement j'ai rien fait samedi (enfin sur le chantier) par contre j'ai continué à déblayer sous la maison dimanche et commencé à remplir de sable l'escalier lundi matin avant de rentrer sur Ottawa. Si le temps le permet on devrait couler les escaliers le prochain weekend sourire

Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flux rss