Posé

Chauffeur de bus scolaire


Ce fut la plus passionante et challengeante expérience professionnelle que j'ai vécu, à bien des points de vues.


Au niveau de la conduite de ce gros véhicule de 72 places.

Quand j'ai commencé il y a 10 ans, j'avais vu une annonce sur le net, ils cherchaient des chauffeurs. J'ai eu droit au mois de juillet a une formation intensive pour l'obtension du permis B, dispensé par mon employeur. Ma "Michelle" étant la seule du staff à parler Francais elle s'est donc chargé de l'affaire, conseil et multitude de vidéos, et aussi sur la route. J'étais tout seul pour la formation en francais, c'était donc un cour particulier, et je l'ai remercié de sa patience, (dont elle même ne s'était pas senti capable ^^). Une fois elle m'avait dit que la sécurité, pour certains c'est innée, alors que d'autres doivent continuellement travailler dur. Elle avait tout à fait raison et j'ai toujours du batailler ferme pour y arriver. J'ai été élevé à l'école de conduite francaise et je me dois de reconnaitre qu'elle est bien peu sécuritaire (enfin dans les critères que l'on a par icitte). Il n'en reste que j'ai vite tendance a rusher dès que c'est nécessaire (pour rattraper du temps perdu, ou ne pas en perdre d'avantage) et je dois me faire violence pour respecter les limitations de vitesse, (un combat de tous les instants je vous dit). Certe la moité du temps c'est l'inverse et je vais lentement pour ne pas arriver en avance.

Avec le temps on finit par être très à l'aise avec ces gros engins. La position surélevé du chauffeur permet d'anticiper les situations de loin, et de maitriser son trajet tout en contrôle, avec un fort sentiment de puissance sous le capot, acceleration parfaite. C'est un camion, de la à dire svelte je n'irais pas jusque la. Agile par contre oui, mais bon attention aux angles quand même, car le véhicule est long. Une des particularité de l'Ontario est la possibilité de marquer un arrêt et de tourner à droite sur un feu de circulation quand il est au rouge. Rien à dire, cela fait gagner beaucoup de temps, plutôt que d'attendre qu'il passe au vert. Ottawa, capitale du Canada, est une ville administrative de fonctionnaires. Toutes les voitures sont automatiques. La circulation étant donc, le plus souvent pour ne pas dire toujours, excessivement civilisée. Même si nous avons en tant que bus scolaire la priorité, le plus souvent on me laisse passer, ce qui est fort appréciable.


Au niveau des petits passagers.

Un livre entier n'y suffirai pas. Quand vous tranportez de la vie, il y en a, et tout ce qui va avec. Alors oui, il y a ce hug spontané d'un petit venant d'escalader les marches du bus, qui vous éclabousse d'un sentiment exaltant d'être utile et d'exister. Des instants magiques qui font oublier tout le reste et qui seront ce qui resteront. Plus prosaiquement, cette année j'ai été assez chanceux en ne déplorant qu'un seul vomi. N'allez pas croire, mais un vomi dans un bus chargé d'une bonne cinquantaine de petits passager, et bien il faut assumer. Déjà s'occuper du petit malade, rallier l'école et débarquer tout le monde. Faire le ménage aux gants, sopalin, balaie, désinfecter et bien ouvrir les fenêtres. (On a aussi une bombe de sent bon qui est assez efficace, bien que je n'ai pas souvenir de l'avoir utilisé). Dans le quotidien il va falloir, balayer le bus et gérer tout un tas de petits incidents, comme une piqure d'insecte ou autre saignement... Jusqu'aux franches bagarres de banquette ou tous les coups sont permis, (ce qui n'est pas acceptable et qu'il convient d'arrêter de suite). Il y a le froid glacial l'hiver, quand vous n'arrivez pas à vous réchauffer et que la buée sur les vitres vous fait perdre en visibilité.


Jeudi 27 juin 2019

Déjà cette grande, qui m'offre une belle rose rouge, (il faut dire qu'elle en a tout un bouquet pour les profs de l'école). C'est cool et j'ai le sourire. Ensuite une carte d'une autre qui me fait bien plaisir : Au moins une personne s'est appercue que j'étais toujours à l'heure ^^ clin d'oeil. Pour le dernier départ de l'école un grand vient me prévenir qu'il ne prendra pas le bus aujourd'hui, mais qu'il tient à me remercier et me souhaiter un bon été, j'en fais de même. Cette école de grands a vraiment été formidable cette année, j'aurais du les remercier d'avantage sourire. A ma dernière école (certainement la plus difficile cette année, je les laisse s'époumoner sur le traditionnel "No more teacher, no more school" de circonstance et inévitable chaque fin d'année (en fait ils s'entrainaient depuis déjà 2 semaines) Joyeux chahut donc, mais depuis longtemps je sais me concentrer sur ma conduite malgré le bruit. Au dernier stop, en sortant un des plus grand me dit "excusez les monsieur, passez de bonnes vacances", je lui souhaite aussi un très bon été et on s'envoit la main quand il passe devant le bus. A chaque fois qu'ils ont été à l'école cette année, j'étais la, et pour les ramener ensuite aussi. Je suis devenu un point de repère, une habitude rassurante dans leur vie. Un passeur entre deux mondes, celui de la maison et l'école. J'ai fais parti de leur vie. Ils m'ont changé, et de faire mienne la devise du Québec : "Je me souviens".



bus
Bienvenu dans mon bus ce lundi 24 juin

bus
Mon poste de pilotage

bus
En détail

bus
Bon ok la c'est un peu vide clin d'oeil

bus
A ben si la rouille s'y met déjà, il est temps d'y aller ^^






  Jp 28 juin 2019   


Commenter
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flux rss