Zoom

Ouvert

Rencontres sous la neige


Le ciel est bas, blanc, alors que je pars pour ma ballade quotidienne. Puis par surprise quelques tout petits flocons me tournent autour. Les rues sont vides en ce temps de pandémie mondiale. Je croise une jeune femme, on fait en sorte de se déporter pour être le plus éloigné possible, on se sourit, ça fait du bien. La neige commence progressivement à se resserrer, bientôt elle devient dense au point qu'à plus de 60 m tout devient flou, en fait tout devient flou quelque soit la distance. Les flocons sont devenus bien gros et me fouettent le visage. Certains restant agrippés à mes cils. Avec le vent de face on est en pleine tempête de neige comme en hiver. Arrivé au milieu de ma balade j'ai le vent de dos et c'est bien plus agréable de continuer, protégé sous ma capuche.

Je croise une autre personne qui s'écarte et nous nous envoyons la main. C'est plus important qu'il n'y parait ces petits signes, comme quand j'étais chauffeur de bus scolaire, un sourire, un geste, une parole toute simple, ça fait la différence dans une journée. Cela veut dire je t'ai vu, tu es important pour moi, tu prends soin de moi et je prend soin de toi, c'est tous ensemble qu'on s'en sortira et qu'on veut vivre.

J'ai la chance de ne pas avoir besoin de beaucoup de signes de reconnaissance ou de contacts sociaux, me suffisant assez bien à moi-même et de ce que j'ai à la maison, mais ce petit plus me comble, m'apaise. Cette neige aussi m'apaise, elle me nourrit, me remplit, et j'essaie de tout garder pour l'écrire à mon retour. On est quand même chanceux au Canada d'avoir ce temps : C'est bien plus facile de rester confiner.

Du couvent des sœurs une capiteuse odeur de cuisine s'évade, une riche odeur réconfortante de légumes qui mijotent. Je me dis que souvent dans ma rue des passants doivent se faire la même réflexion devant chez nous. Se promener en assez bonne santé, sans grande douleur majeure, être heureux de rentrer à la maison retrouver ma moitié toute à son télétravail. Avoir quelque chose à écrire et ne rien désirer de plus. C'est ma définition personnelle du bonheur.




La rue au retour de ma ballade ... Il neige toujours.






◄ précédent  Jp 21 avril 2020  suivant ►


Commenter

21 avril 2020 à 13:36 de BernArd
Comme quoi, Nous sommes chanceux d'avoir de la douceur, ici en France, en Sud-Ouest clin d oeil
Température maxi, sans Soleil, des nuages le cachent... 26°C :-D Ah voui... j'aime clin d oeil

Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flux rss