Zoom

Générosité

Le modèle de la jauge ou du thermomètre


Penser, voilà bien quelque chose de complexe (ce n'est pas les spécialistes de l'intelligence artificielle qui me contrediront). Face à tout type de réflexion (ou de prise de position à prendre), nous avons le choix : soit une façon de fonctionner en interrupteur de type binaire forçant le résultat de notre analyse : oui/non, bon/mauvais, indigène/étranger, homme/femme, pour ou contre, etc... c'est infini dans la forme du tout et de son contraire. C'est la façon de raisonner qui prédomine actuellement, et elle est extrêmement réductrice, simplificatrice, et aussi extrêmement clivante forçant à se positionner, pour ensuite s'affronter. J'essaie le plus possible d'éviter cette façon de raisonner et de remplacer ce fonctionnement on/off par un modèle plus nuancé : celui de la jauge ou du thermomètre.

Imaginez un compteur gradué avec le point médian zéro et une graduation positive d'un coté et négative de l'autre (sans aucune connotation morale entendons nous bien clin d'oeil ). J'apprécie mieux cette façon de visualiser que celle de l'interrupteur, elle permet de faire ressortir une réflexion du type : Se sentir plus ou moins d'accord.

Exemple : Etes-vous bon ou mauvais ? Dans le mode de pensé interrupteur vous allez répondre par oui ou par non, affaire classée. Le mode jauge sera plus nuancé et vous allez commencer à placer des points à différent niveau de la graduation, parfois bon, parfois mauvais etc... pour en définitive être plutôt bon ou plutôt mauvais suivant les circonstances ou les conditions, dans une certaine fourchette qui vous est propre entre tous les points que vous aurez tracé et que vous allez dorénavant prendre en compte dans votre réflexion. Dans certains cas vous tendez vers le mauvais et j'espère le plus souvent vers le bon clin d'oeil. Quoi qu'il en soit, ce mode de fonctionnement aide à être plus tolérant en ayant une position moins tranchée et de prendre en compte plus d'aspects. On peut l'appliquer pour ainsi dire pour tout, pour ou contre telle ou telle chose etc... et en l'appliquant prendre conscience que par certains cotés oui et d'autres non, bien plus riche et nuancé qu'un oui ou non catégorique.

Un petit plus. Egalement le modèle de la jauge met bien à mal la notion de normalité qui serait d'être dans la moyenne. Dans le cadre de ce modèle la moyenne générale est à zéro, or pour ainsi dire personne n'est à zéro mais tout le monde penche soit un peu à droite soit un peu à gauche, en positif ou en négatif, la majorité de la moyenne à zéro devient vite théorique et ne rend compte que d'une infime minorité pile poil à zéro, sauf à ouvrir une fourchette qui ne représenterait plus qu'un groupement de sensibilité et de positions différentes, presque uniques et ne représentant pas une majorité de positions identiques, mais une grande diversité commune.

Ouch ! Voilà j'espère avoir été assez clair dans mes explications, c'est un sujet riche qui mériterait bien plus de développement qu'un petit résumé sur un post de blog ^^ ... en tout cas j'espère vous avoir diverti et capté un peu votre attention. Et en ce qui me concerne en tant que modéliste (développeur de modèle) celui-ci me tient particulièrement à cœur et je l'utilise constamment, toujours à disposition dans ma boite à outil mentale ^^. Un jour, peut-être, je vous en décrirais quelques autres qui me sont aussi utiles clin d'oeil Très bonne journée à tous ! Et à l'occasion quand vous faite face à un questionnement clivant, laissez l'image et le raisonnement de la jauge tempérer votre réflexion et l'enrichir d'une compréhension nouvelle. Et si, vous aussi, avez des modèles qui vous aide à penser et à vivre sentez-vous libre de les partager sourire



jauge







◄ précédent  Jp 24 août 2020  suivant ►


Commenter
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flux rss