Zoom

Acheminer

Québec ou Italie ?


L'occasion faisant souvent le larron, (ainsi qu'une promotion sur les eaux gazeuses) nous voilà à tenter une expérimentation très scientifique afin de déterminer si nos capacités gustatives sont aussi développées qu'elles le devraient. Le mieux étant de les mettre à l'épreuve sans concession, aucune.

Bien assis avec deux bouteilles d'eau gazeuse, une d'Italie : La voluptueuse San Pellegrino, et de l'autre la Montellier digne fille de Sainte Brigitte de Laval au Québec. Pour parfaire le test et obtenir des résultats pertinents et une analyse fine et incritiquable, nous testons donc chacun notre tour et à l'aveugle. Silence, dégustation, verdict.

Déjà au nez, difficile d'être bien affirmatif. Peut-être un soupçon, comme une subtile tendance, bien que encore, éventuellement, le cas échéant, rien de déterminant, ni de bien clair, perplexe. La prise en bouche me laisse dubitatif, et ce n'est pas d'avaler quelques gorgées qui y change grand chose. Force est de constater, en se rendant à l'évidence, ne pas faire grande différence. Certes peut-être un peu plus de vigueur chez la canadienne, mais c'est quand même fort discret. Impossible de les départager d'évidence et nous voilà contraint, un peu penaud, d'admettre en toute humilité, qu'au delà de l'emballage la préférence est difficile, sinon à privilégier l'achat local mais pour tout le reste : Match nul !



eau







◄ précédent  Jp 04 décembre 2020  suivant ►


Commenter
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flux rss