Fécond

Johnny Rawls - Tiger in a cage


Il y a des moments ou les choses ne tournent pas comme on le voudrait :-\ c'est inévitable, c'est la vie, quoi que l'on fasse on ne peut l'éviter. C'était un de ces moments ou je sentais un début de lassitude et de fatigue. Un peu par hasard je me suis mis de la musique, sans y croire, presque résigné à supporter, coup de blues, une fois de plus. Mais les premières mesures du dernier Johnny Rawls ont tout balayé, emporté au loin. Oui cette musique généreuse et charnue, je l'ai aussi dans le sang, à réveiller un mort, à redonner gout à la vie, à se reconnaitre et y croire encore et encore.

 

USA Memphis, 1958, elle est née cette année la. Deux ans de plus que moi, à nos ages cela ne compte pas, on a déjà bien vécu. Les states qu'on adore ou que l'on déteste, parfois d'ailleurs un peu les deux, suivant l'humeur, amour ou haine, il n’empêche que cela reste un grand pays. Régulièrement je balaie Ebay et autres, avec un œil sur les rares guitares gaucher, Fender, Gibson, archtop, à la recherche du coup de foudre, de la bonne affaire ou le plus souvent simplement pour rêver.

 

Il y a quelques semaines sur le site de Long & Mcquade alors que toutes les Fender ont quasiment doublés de prix depuis que je suis au Canada (surement à cause de la faiblesse passagère du dollar canadien), je tombe sur cette ES-335 Série limitée (trois au Canada) rare, mécaniques tulipes antiques comme je les aime, robe bordeaux sombre somptueuse, exactement celle que je me serais fait faire sur mesure si j'avais eu à choisir. La photo sur le site est vraiment merdique mais quand même, une 335 à un prix moins cher qu'il y a quelques années, moins cher qu'un modèle droitier, moins cher qu'une Fender américaine, pas un des cheap nouveaux modèles Studio, non pas, mais une vraie sans concession, faite à l'usine de Memphis. Je n'y crois pas, je pense à une erreur, je passe la journée en doute, racle les fonds de tiroir, puis je me lâche et passe commande. Livrable en deux jours au magasin le plus proche pour ne pas payer de port. En ce moment elle vibre sous mes doigts comme une Cadillac rouge, accompagnant monsieur Rawls, et j'aime ça. Encore le temps de me remettre un morceau avant de repartir travailler. Ça fait du bien, oui, ça va mieux sourire

 

Hâte à ce soir et de me dire comme Johnny Raws dans sa Cadillac rouge : C'est maintenant le temps de rentrer à la maison, je ne veux pas conduire tout seul.

 

Johnny Rawls



   Jp 3 Avril 2016   


Commenter
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flux rss