Convaincant

10 années à chauffer un bus scolaire


Voilà c'est faite ! Jeudi je viens de boucler 10 années en tant que chauffeur de bus scolaire. Cette année 2019 est importante et décisive. C'est Chantal qui a commencé en changeant d'emploi, ce qui a remis en cause toute notre organisation et nos habitudes. On dit souvent qu'il faut savoir arrêter au sommet de son art, c'est ce que j'ai décidé de faire : Je ne reprendrais pas en septembre. Cette année scolaire fut la meilleure que je n'ai jamais faite, courts trajets entre les écoles et runs courts, ce qui est idéal (plus les runs sont longs et plus le risque d'avoir du chahut dans le bus augmente significativement). Je faisais cette route depuis 3 ans, donc je connaissais déjà pas mal des enfants et parents, tout c'est passé en très bonne intelligence de part et d'autre.

10 ans c'est beaucoup d'expériences, humaines et professionnelles. Possible aussi que ces conditions idéales aient favorisé le développement d'une routine certaine et finalement (surtout ces 2 derniers mois depuis que j'envisage d’arrêter) d'une lassitude alourdie par le poids des responsabilités. Une question sur un questionnaire d'embauche que j'ai remplit demandait quel était mon pire cauchemar ? J'ai répondu : Blesser quelqu'un avec le bus. Cela reste ma principale hantise. Je ne pense pas que j'aurais pu continuer à bien vivre si cela était arrivé. Le risque potentiel est très élevé : Que ce soit des enfants qui glissent en escaladant un ban de neige, ou jouent trop prêt du bus, sans parler des risques routiers (freinage d'urgence puissant quand une voiture sort sans crier gare de son stationnement pour traverser la route devant le bus avec le risque qu'un enfant se blesse) etc... c'est innombrable. Et aussi ne jamais laisser un tout petit, s'il n'y a pas un adulte qui le réceptionne. C'est une vigilance de tous les instants, et tout va vite sur la route, les événements se succèdent en rafales et il faut à chaque fois prendre la bonne décision. L'expérience aide beaucoup il est vrai, mais la routine est dangereuse.

C'est donc une décision mûrit et sage. 10 ans j'ai fais mes preuves et je n'ai plus rien à prouver, 10 hivers canadien c'est quelque chose vous pouvez me croire, et puisqu'on peut se le permettre... C'est le début d'une nouvelle vie, avec moins de responsabilités et de stress, et que j'espère épanouissante sourire. (Je pense quand même vous faire subir encore au moins un post, sur ce métier pas si ordinaire) sourire


mon bus
Mon B102 que j'ai chauffé ces 3 dernières années, lundi quelques minutes avant de commencer mes runs du matin






  Jp 28 juin 2019   


Commenter

28 juin 2019 à 04:25 de BernArd
Tu vas... ou plutôt, VOUS allez voir, comme la Vie est beaucoup plus plaisante, lorsque la pression du "boulot" s'arrête... Nous recommençons à VIVRE ! Belles journée Ensoleillées, les Amie, Ami sourire

28 juin 2019 à 07:47 de Jp
Je pense aussi sourire Franchement à cette heure ci vendredi 7h47 et bien j'en reviens pas encore d'avoir fini Ouch sourire

Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flux rss